Navigate / search

Un Bassin d’Arcachon, des terroirs ostréicoles

Principalement organisé autour de 4 terroirs ostréicoles – dont les noms ne laissent pas insensibles – le Bassin d’Arcachon offre une palette gustative étonnante :




Histoire de l’ostréiculture sur le bassin d’Arcachon

Depuis la Préhistoire, l’homme du littoral se nourrissait d’huîtres sauvages. Les Romains étaient très friands d’huîtres plates. Louis XIV était un grand amateur des plates de l’estuaire de la Seudre.

L’élevage des huîtres existe depuis plusieurs siècles, pour faire face à la régression des bancs naturels.

Sous le Second Empire, les huîtres connurent un tel succès sur les tables averties qu’en 1852, donnant suite à un rapport alarmiste du ministère de l’agriculture et du commerce relatif à la chute de la production des gisements naturels d’huîtres, l’administration maritime a dû réglementer la drague qui n’était autorisée que du 1er septembre au 30 avril, du lever au coucher du soleil. Bateau à fond plat « Chalant » Napoléon III fit nommer Victor Coste à la tête d’une émission chargée d’aller voir et de comparer les méthodes utilisées pour capturer et élever les huîtres sur les côtes de France et d’Italie. Victor Coste allait devenir le père fondateur de l’ostréiculture moderne en créant les premiers parcs à huîtres. Nommé inspecteur général des pêches maritimes, il développe ainsi des expériences d’huîtrières artificielles, notamment à Arcachon en 1859.